Sortir de sa Bulle, un premier pas vers l'innovation...

Par Frédéric Mischler

Admin ADENIT

Un excellent titre

Un bon sous-titre

Je ne compte plus le nombre de fois où j'interagis avec des professionnels RH, des dirigeants, des salariés, des personnes en recherche d'emploi, des consultants, des formateurs, etc. au sujet des pratiques RH et de leurs réalités concrètes, vécues et appréhendées au quotidien par les uns et les autres.

De ces multiples échanges et perspectives, s'est dégagée une idée récurrente. Une idée jusque-là adressée en filigrane de ces discussions, une idée qui a progressivement pris forme dans mon esprit, la forme d'une image, celle de la "Bulle" :

La "Bulle" dans laquelle nous pouvons avoir tendance à vivre en tant que professionnel RH, et qui plus est, la "Bulle" dans laquelle nos parties prenantes nous perçoivent

En fait, de bulle, il n'y en a pas une en particulier ... il y en a généralement plusieurs, imbriquées les unes dans les autres, au nombre de 2,3,5, etc. à l'image d'une poupée russe, ou fusionnées pour n'en produire plus qu'une aux parois encore plus épaisses. Je vous propose dès lors d'en évoquer quelques-unes, dont il peut être utile d'avoir conscience en tant que RH, afin de déterminer dans quelle mesure elles nous concernent plus particulièrement, et nécessiteraient que l'on en sorte. Alors, en pratique, de quelles bulles pourrait-il être pertinent de sortir ? Je vous les livre ici sans ordre particulier :

Sortir de sa bulle "Physique" : Lorsque l'ensemble des acteurs de la fonction est "concentré" dans un espace délimité, appelé "Le service RH" (dans le meilleur des cas ...). Un espace physique plus ou moins clos en fonction des contextes, qu'il s'agisse de "portes fermées" le long de couloirs silencieux, voire d'accès restreints à l'entrée du service, que ce soit par badges et/ou via des créneaux horaires de "permanence"... Alors, dans notre organisation, quelle image renvoie notre "service RH" ? Une image d'ouverture, d'accessibilité, de disponibilité, etc. ou plutôt l'inverse ?

Sortir de sa bulle "Proxémique", qui peut être le corollaire de la précédente et entraine généralement une distance, voire dans le pire des cas une absence de la fonction RH, de ce qu'il est coutume d'appeler "le terrain"... bref, une distance interpersonnelle, en termes d'échanges, d'écoute, d'empathie, de lien, d'interactions directes et régulières, etc. Quand en outre une partie des fonctions RH ne s'est d'ailleurs pas transformée en un centre d'appel et de services partagés, externalisés... Alors, est-ce que les collaborateurs de notre organisation auraient plutôt tendance à dire qu'en tant que RH, nous sommes proches d'eux, ou plutôt l'inverse ?

Sortir de sa bulle "Conceptuelle, de Pensée et de Croyances RH", emprunte de jargon, d'approches plus ou moins procédurières, plus ou moins stéréotypées, plus ou moins formatées et cadrées au fur et à mesure de parcours peut-être par trop spécialisés en RH, ou de mises en place d'approches RH "à la mode". Alors, est-ce que les collaborateurs de notre organisation auraient plutôt tendance à considérer que nous les comprenons, que nous parlons le même langage, que nous répondons à leurs besoins, satisfaisons leurs attentes, etc. ou plutôt l'inverse ?

Sortir de sa bulle de "Confort RH", qui peut consister en tant qu'individu, à s'être "acclimaté" à un environnement, une réalité, conduisant à passer des années dans la même entreprise, le même groupe, la même fonction d'expertise RH, etc. et en perdant de vue qu'en dehors le changement est permanent et s'accélère sans cesse. Alors, sauf à toucher du doigt la "case retraite", dans quelle dynamique professionnelle sommes-nous ? Préparons-nous le prochain changement, la prochaine transition, la prochaine évolution, ou plutôt à l'inverse, attendons-nous que notre bulle de "confort" éclate ?

Sortir de sa bulle "Tribale RH", qui consiste à participer majoritairement à des événements, des conférences, des rencontres entre RH, et qui contribue dès lors à renforcer nos filtres de perception propres à notre fonction, voire à nous y enfermer. Alors, nous complaisons-nous "entre pairs", ou tendons-nous plutôt à l'inverse à être partie prenante d'événements et d'autres "tribus", tout en ayant une posture et démarche d'anthropologue RH ?

Sortir de sa bulle "Fonctionnelle", qui pourrait s'apparenter à une bulle RH dans une bulle RH. En pratique, au sein de notre service interne RH, entre la/le Responsable Paie, la/le Responsable Recrutement, la/le responsable GPEC, la/le Responsable SIRH, la/le Responsable Formation, la/le Responsable Juridique et Social, la/le/les RRH, etc. sommes-nous connectés et interagissons-nous en continu, en croisant nos perspectives et informations de façon systémique et globale ? Ou avons-nous à l'inverse, plutôt tendance à jouer "à nous renvoyer la balle", ou pire à "la jouer perso", retranchés derrière nos expertises et points de vues spécifiques, comme si les informations et compétences des unes et des uns n'étaient pas utiles, complémentaires et impactantes pour les autres ?

Sortir de sa bulle "Routinière", qui consiste à se complaire dans ses habitudes, ses réflexes de gestion, ses comportements, et peuvent progressivement être décalés par rapport aux besoins croissants d'agilité, de réactivité et de changements en termes d'attendus. Alors, est-ce que mes collègues RH et les collaborateurs de mon entreprise diraient que je suis enclin à prendre du recul, à m'adapter et à changer, ou plutôt à l'inverse à être rigide dans mes approches et pratiques ?

Sortir de sa bulle "Structurelle et Contextuelle", qui consiste à privilégier plus concrètement et spécifiquement des interactions avec d'autres professionnels RH intervenants dans des structures, des secteurs, des branches, des contextes, etc. que l'on considère comme identiques, analogues : Le privé avec le privé, le public avec le public, le monde de l'industrie, de la santé, des services, des collectivités, dans le secteur de la plasturgie, de l'agriculture, de la recherche, de la chimie, du BTP, les grands groupes avec les grands groupes, les PME avec les PME, etc. Alors, en pensant quelques instants à notre réseau de partage et d'interactions, nous intéressons-nous aux pratiques RH mise en oeuvre autrement, en raison de contraintes et de contextes différents ? Ou à l'inverse nous restreignons-nous à ce que nous connaissons pour nous comparer et nous améliorer ? 

Quelles que soient les bulles ci-dessus, dans lesquelles nous nous sommes potentiellement identifiés en tant que RH, commencer à en sortir et les faire éclater, c'est faire un premier pas vers l'innovation RH.Ceci en favorisant et développant notre créativité, en nous ouvrant à d'autres perspectivesd'autres profilsd'autres expériencesd'autres idées, en ouvrant notre esprit, en nous questionnant et en prenant l'habitude de questionner, en observant, et en apprenant de manière continue, au contact des autres et d'autres environnements. Alors, en ce sens, en termes de pistes, et comme évoqué dans le billet "Penser autrement" pour innover... ok, et pour la fonction RH, c'est quoi "penser autrement" ?, savons-nous par exemple comment travaille et quel est le mode de pensée d'un Marketeur ? D'un Designer ? D'un Ingénieur Qualité ? D'un Commercial ? D'un Responsable Financier ? D'un chargé de Recherche et Développement ? D'un Entrepreneur, etc. ? Et dès lors, sur ces bases, quelles analogies pourrions-nous faire et mettre en oeuvre dans notre fonction RH et nos pratiques ?

Les pistes pour s'ouvrir à de nouvelles perspectives, prendre du recul, innover en associant ses nouvelles découvertes à ses problématiques et approches RH sont innombrables. En voici à titre d'exemples, et de manière non exhaustives, quelques unes complémentaires :

  • Connaissez-vous les TEDx dans le Monde, en France et les milliers de vidéos qu'ils ont généré, comme autant d'invitations à de nouvelles découvertes ?
  • Utilisez-vous Twitter, qui constitue un outil formidable pour suivre des personnes intéressantes, et ainsi vous ouvrir à des domaines et sujets tout aussi passionnants ?
  • Depuis quand n'êtes-vous plus allé dans une Bibliothèque, ou au contact d'ouvrages qui ne sont pas ceux vers lesquels vous auriez habituellement porté votre intérêt ?
  • Vous arrive-t-il lors de vos déplacements, de passer dans des "Points Journaux" et d'ouvrir des magazines, des revues, que vous n'auriez pas pris en main habituellement ?
  • Vous êtes féru de Droit du travail, de Droit Social, de Jurisprudences, etc., vous êtes-vous déjà réellement et concrètement intéressé à la Médiation Professionnelle ?
  • Quel est très exactement le nombre de personnes (de "Ressources Humaines"...) dont vous êtes Responsable RH ? Les connaissez-vous individuellement ou s'agit-il d'une liste de noms dans un fichier excel ? Connaissez-vous leur singularité individuelle, leurs talents, leurs besoins et savez-vous en parler ? etc.

Certes, nos bulles nous sécurisent, nous rassurent, cela étant, aucune bulle n'est durable, et d'une manière ou d'une autre, vient inexorablement le moment où elle éclate. Rester dans sa bulle ou ses bulles, aujourd'hui et plus encore demain, c'est prendre le risque de l'immobilisme, de l'inaction, et qui sait, de voire brusquement un jour ou l'autre sa ou ses bulles éclater sans y être préparé. La confrontation subite "à une nouvelle réalité" risquant alors fort d'être d'autant plus difficile... 

Il y a quelques mois, j'ai appris qu'au Canada, "Prendre des Risques" se disait : "Prendre des Chances"... alors en tant que professionnels RH : et si nous "Prenions des Chances" à "sortir de nos bulles"à devenir plus innovant, plutôt qu'à "faire des bulles en attendant qu'elles éclatent" ? ;) ...

    Frédéric Mischler